Les interactions entre le logiciel libre et le développement durable

Cet article va une fois de plus traiter d'une dualité conceptuelle qui n'en est pas une. En effet, de prime abord, le développement durable (dont vous trouverez une définition dans mon précédent article) et le monde du libre n'ont pas grand chose à faire ensemble et pourtant, si l'on étudie les concepts de ce dernier, rien n'est moins sûr.

Qu'est ce qu'un logiciel libre ?

Cette partie n'a pas la prétention de traiter le sujet du logiciel libre dans son ensemble (sujet bien trop vaste et nécessitant des compétences que je ne possède malheureusement pas) mais bien d'obtenir une vision commune du concept pour la suite de l'article.

Le logiciel libre est basé sur les 4 principes suivants :

  • Liberté d'exécution ;
  • Liberté d'étude du fonctionnement du programme et de l'adapter si besoin ;
  • Liberté de redistribution du programme ;
  • Liberté de modifier le programme, et de le distribuer.

Autrement dit, le logiciel libre est basé sur une philosophie que l'on peut tenter de résumer avec la citation suivante :

tout le monde devrait pouvoir être libre d'utiliser des logiciels de toutes les façons qui sont utiles socialement. Le logiciel diffère des objets matériels (tels que des chaises, des sandwiches et de l'essence) en ce qu'il peut être copié et modifié beaucoup plus facilement. Ces possibilités rendent le logiciel aussi utile qu'il peut l'être; nous croyons que les utilisateurs de logiciels devraient pouvoir les utiliser. (issu de : http://www.gnu.org/philosophy/philosophy.fr.html)

Quelles sont les interactions entre le logiciel libre et le développement durable ?

A la lecture de cette citation, les différences entre les concepts du logiciel libre et du développement durable apparaissent dorénavant moins éloignés. Analysons maintenant en parallèle les valeurs inhérentes au logiciel libre et les piliers du développement durable, notamment à l'aide du diagramme issu du site Informatique Durable ci-dessous :

Patates durables Licence : Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.5 Suisse (by-sa). http://www.ll-dd.ch
Patates durables Licence : Creative Commons Paternité-Partage des Conditions Initiales à l'Identique 2.5 Suisse (by-sa). http://www.ll-dd.ch
  • Pilier économique

Quand on parle d'économie et de logiciel libre, on pense bien évidement en 1er lieu au gain financier dû à la gratuité d'une grande part de ces logiciels. Mais attention, logiciel libre ne veut pas forcément dire logiciel gratuit ! Mais la stimulation économique que les logiciels libres peuvent engendrer, au niveau du potentiel de la création de services par exemple, est un aspect beaucoup plus important.

  • Pilier social

Du côté social, les logiciels libres offrent une grande synergie avec le développement durable. En effet, une des bases du logiciel libre est la notion de communauté. de plus, l'affranchissement de toute notion de propriété permet à un plus grand nombre d'individu possible d'accéder aux NTIC. Enfin, de multiples besoins peuvent être comblés par les logiciels libres, sans problèmes de rentabilité ou de risque d'enfermement des utilisateurs dans une logique mercantile.

  • Pilier écologique

En ce qui concerne le pilier écologique, le principal aspect à citer est la faculté des logiciels libres à prendre en compte, et à fonctionner, sur du matériel informatique considéré comme "obsoléte" pour d'autres systèmes propriétaires. Cela entraîne directement une moindre consommation de ressources informatiques et un frein à la course effrénée vers toujours plus de besoin de puissance.

Pour conclure

Même si cet article est loin d'être complet, on peut voir que la philosophie portée par le logiciel libre est en parfaite corrélation avec le développement durable et que le sujet est plus vaste qu'on peut le penser. Les sites suivants permettent de prolonger la réflexion.

Sources / Pour en savoir plus :

One thought to “Les interactions entre le logiciel libre et le développement durable”

  1. Il me semble que le principal apport des logiciels libres dans la réduction de l'empreinte de l'informatique est leur nombre moins important de versions majeures. Les utilisateurs de ces logiciels ne sont pas poussés à suivre toutes les nouvelles versions, ils n'ont donc pas besoin de renouveler souvent leur matériel informatique et produisent donc moins de déchets toxiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.