Un WE sur les Black Markets : 6 630$ de CB françaises

Alors qu'en France, on ne prend plus les dépôts de plaintes liées aux fraudes à la carte bancaire, les  cybercriminels les rentabilisent très rapidement. Sur un "shop" en anglais (un site de e-commerce cybercriminel dédié à la vente de numéros de cartes bancaires, dump, ...) hébergé en Russie mais accessible gratuitement après une simple inscription, nos cybercriminels préférés font tourner leur business 24H/24 et 7jours/7. Et eux ne connaissent pas la crise de la dette.

Alors un WE sur un Black Market ça ressemble à quoi ? L'équipe Secu-Insight, l'équipe spécialisée de CEIS en lutte contre la cybercriminalité, mène quotidiennement des investigations sur ces forums et "shops" qui représentent la face cachée de la cybercriminalité. Ce billet est l'occasion d'illustrer plus concrètement la réalité économique de ce business cybercriminel.

Alors sortons les calculettes. Vendredi après-midi, une simple recherche par pays sur un "shop" nous apprend que près de 520 numéros de cartes bancaires émises par des banques françaises sont disponibles à la vente. Tarif : 13$ l'unité. Lundi après-midi, la même recherche nous retourne seulement 10 résultats...

Donc (en fait pas besoin de sortir vos calculettes) : 520 - 10 = 510 cartes à 13$ chacune cela nous fait un joli chiffres d'affaires de 6 630$ net d'impôt pour un "grand" WE de 3 jours. Rentable comme business non ?

Rappel : le livre blanc de CEIS sur les marchés noirs de la cybercriminalité est toujours disponible sur le site Secu-Insight. J'en parle aussi dans ce billet.

La suite au prochain épisode !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.