La protection des noms de domaine : quels enjeux ?

Les noms de domaine font, aujourd'hui, partie intégrante de l’image d’une société ou d‘une marque sur Internet. Ils ont donc un rôle majeur à jouer dans la stratégie de communication des entreprises et de fait sur leur e-réputation et leur visibilité sur la Toile.

Établir une véritable stratégie de veille et de protection de leur marque sur Internet en prenant en compte la variable des noms de domaine est donc devenu indispensable à toute entreprise.

Quelle stratégie de protection ?


Protéger ses marques sur Internet est donc devenu un passage obligé pour la maîtrise de l’identité numérique de son entreprise. Le nom de domaine est en effet un symbole de confiance mais aussi et surtout de différenciation de la marque pour ses clients. Le nom de domaine est une véritable cible pour les détracteurs mais aussi pour les cybercriminels.

Le cybersquatting reste une pratique très développée qui consiste à détourner du trafic, porter atteinte à l’image de marque d’une entreprise ou à revendre à un prix élevé le nom de domaine cybersquatté. Le cybergriping, plus agressif, s’attaque à la marque en y associant un terme péjoratif et est un véritable risque pour son image.

Le phishing, enfin, va créer un risque pour l’entreprise et pour ses clients en tentant de dérober les données personnelles et confidentielles des internautes abusés. Une fois de plus, c’est l’image de marque mais aussi et surtout la confiance des clients envers l’entreprise qui sera touchée.

Avant 2000, protéger ses noms de domaine consistait essentiellement à en déposer le plus possible, en les déclinant dans différentes extensions et différentes orthographes. L’efficacité de cette méthode a rapidement montré ses limites, les portefeuilles de noms de domaine des entreprises ont explosé et l’imagination des pirates est restée sans limite.

Une stratégie pro-active


En 2010, une politique de réservation massive n’est plus adaptée. La multiplication des nouvelles extensions et l’internationalisation des noms de domaine a multiplié les possibilités. L’entreprise doit être en mesure de définir une stratégie de réservation qui va de pair avec une stratégie de surveillance mais aussi de référencement. La surveillance doit vous informer du dépôt des noms de domaine approchant ou usurpant la marque de l’entreprise, ainsi que de la création de nouvelles extensions, par exemple. Une analyse de risque (sous le double angle image et juridique) va permettre de sélectionner les actions à mener pour défendre (ou au contraire ne pas défendre) tels ou tels noms de domaine.

Les noms de domaines jugés critiques, car portant préjudice à l’image de marque ou violant la propriété intellectuelle de l’entreprise, pourront être défendus à travers de procédures administratives ouvertes auprès de l’Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle ou de l’AFNIC pour les .fr avec PREDEC ou PARL. L’action judiciaire reste également une option, plus longue et plus onéreuse mais elle peut être utilisée pour son effet publicitaire et dissuasif à l’attention des cybersquatteurs. La négociation à l’amiable directe (ou par l’intermédiaire d’un cabinet spécialisé) peut également être une possibilité, à condition de prendre toutes les précautions nécessaires afin d’éviter de se retrouver dans une situation de chantage.

Conclusion

La pro-activité doit prédominer sur la réactivité en matière de protection des noms de domaine. Une stratégie de réaction reste indispensable mais elle est nécessaire seulement pour l’analyse des cas à traiter en priorité. L’entreprise doit privilégier une gestion préventive de son portefeuille de noms de domaine à une gestion réactive. Cette stratégie proactive ne va pas seulement protéger la marque de l’entreprise mais elle va permettre d’améliorer sa visibilité et son référencement, de part une politique réfléchie de gestion du portefeuille de noms de domaine.

Point sur les procédures extrajudiciaires :

Quelques chiffres :

  • 16800 affaires,
  • Provenant de 150 pays différents,
  • Concernant plus de 31 000 noms de domaine.

Les conditions de réussite d’une procédure OMPI :

  • L’identité ou la similarité entre une marque et un nom de domaine,
  • L’absence de droits et d’intérêts légitimes sur le nom de domaine,
  • L’enregistrement ou l’utilisation de mauvaise foi du nom de domaine.

Sources :

2 thoughts to “La protection des noms de domaine : quels enjeux ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.