in

Internet n’est pas encore au coeur de la stratégie antiterroriste américaine

Jeudi dernier, l’administration américaine a dévoilé sa nouvelle stratégie antiterroriste pour “en finir avec Al-Qaïda”.

This Strategy is clear and precise in our ultimate objective: we will disrupt, dismantle, and ultimately defeat al-Qa’ida


Quel rapport avec ce blog me direz vous ? Comme l’a très bien souligné cet article du blog DangerRoom du site Wired, la stratégie américaine antiterroriste se concentre presque exclusivement sur la “monde réel” (envoyer des drones tirer leurs missiles HellFire au Pakistan…) en oubliant qu’Internet se présente désormais comme un nouveau champ de bataille pour la propagande, le recrutement, la communication et la planification des groupes terroristes.

But it has practically nothing to say about one of the most important places al-Qaida inspires new adherents and spreads its propaganda: the internet. (Wired.com)

Mais une simple recherche dans les 19 pages qui composent cette stratégie montre qu’Internet y est cité… une seule fois.

Mass media and the Internet in particular have emerged as enablers for terrorist planning, facilitation, and communication, and we will continue to counter terrorists’ ability to exploit them


Alors que l’on sait tous que les terroristes exploitent au mieux Internet pour communiquer, avec certaines précautions (Ben Laden, ses clés USB et ses cybercafés pour envoyer ses instructions par e-mail), pour recruter (les forums islamistes attaqués par dénis de services par “Jester” l’hacktiviste-justicier ou directement par Facebook) ou pour diffuser leur propagande au plus grand nombre (via Youtube).

Yet the internet is the primary mechanism through which al-Qaida communicates with its affiliates and tries to inspire new terrorists.

Si au niveau stratégique de la Maison Blanche, Internet n’a pas l’air de figurer parmi les lieux où lutter contre les mouvances terroristes, au niveau opérationnel c’est une autre histoire. En effet, le Central Command américain (commandement militaire américain pour la zone Moyen-Orient et une partie de l’Afrique) a mis en place des systèmes pour infiltrer et mener des opérations de propagande (ça marche dans les deux sens) sur les réseaux sociaux afin de lutter contre les groupes extrémistes sur leur propre terrain numérique et de renforcer l’influence américaine auprès des populations du Moyen-Orient.

Une société californienne, Ntrepid, a remporté un contrat de 2,76 millions de dollars avec l’United States Central Command (CENTCOM), un commandement américain chargé de gérer les opérations militaires au Moyen-Orient et dans la corne de l’Afrique. Le système mis au point par Ntrepid permet à un militaire américain de contrôler jusqu’à 10 identités distinctes. (source : numerama.com)

Leurs alliés britanniques (et le MI-6 en particulier après que la CIA se soit finalement défilée…) se sont également illustrés avec le piratage d’un magazine de propagande d’Al-Qaïda qui expliquait comment fabriquer une bombe artisanale. Les officiers britanniques ont “simplement” remplacé cette recette “explosive” par recette… de pâtisseries. “Operation Cupcake” était née.

A Pentagon operation, backed by Gen Keith Alexander, the head of US Cyber Command, was blocked by the CIA which argued that it would expose sources and methods and disrupt an important source of intelligence, according to a report in America. (source : telegraph.co.uk)

Pour en savoir plus :


Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *