in

Interpol et la cybercriminalité : désactivation de la plateforme 16shop

Interpol

La montée de la cybercriminalité s’est accentuée avec la sophistication des outils à la disposition des malfaiteurs. Récemment, Interpol, en mettant en lumière une opération significative, a rappelé sa puissance face à ces menaces croissantes.

L’évolution rapide de la technologie offre d’innombrables avantages, mais apporte également son lot de défis. Les cybercriminels, armés de tactiques toujours plus sophistiquées, sont devenus une préoccupation majeure. Cependant, Interpol, dans une récente offensive, a fait une percée significative contre ces dangers numériques.

Interpol neutralise la redoutable plateforme 16shop

En seulement quelques années, le cyberespace a été inondé par une plateforme connue sous le nom de 16shop. Elle a déclenché, à elle seule, plus de 150 000 campagnes de phishing. Mais le mercredi 9 août, Interpol a joué son joker. En effet, en collaboration étroite avec les polices du Japon et de l’Indonésie, Interpol a réussi à démanteler cette plateforme. Ce n’était pas un coup de chance. C’était le résultat d’une stratégie bien exécutée. Trois suspects ont été arrêtés, et d’intéressants biens saisis, notamment des voitures de luxe.

Le business modèle de 16shop était simple mais redoutablement efficace. Pour une somme allant de 60 à 150 dollars, des cybercriminels pouvaient se procurer des campagnes de phishing prêtes à l’emploi. Et par la suite, ils lançaient des attaques ciblées. Les entreprises de renom n’étaient pas épargnées : d’Apple à PayPal, personne n’était en sécurité.

https://www.youtube.com/watch?v=SSAOqMrrSMU

Les chiffres derrière le démantèlement

D’après les informations fournies par Groupe-IB, une firme spécialisée, la portée de 16shop était terrifiante. Plus de 150 000 campagnes ont vu le jour grâce à cette plateforme. Et par conséquent, une multitude d’informations sensibles a été compromise. Interpol estime le nombre de victimes à 70 000 réparties dans 43 pays. Cela nous donne une idée de l’ampleur de la menace.

Mais que nous apprend cette opération sur la nature changeante de la cybercriminalité ? Adi Vivid Agustiadi Bachtiar, une figure centrale de la police indonésienne, nous éclaire sur ce point. Selon lui, bien que le phishing ne soit pas nouveau, la facilité d’automatisation a changé la donne. Aujourd’hui, avec quelques clics, n’importe qui peut lancer une campagne malveillante.

Interpol démantèle, mais la menace demeure. L’opération contre 16shop est un rappel que, bien que des victoires puissent être remportées, la guerre est loin d’être terminée. La prochaine étape pour Interpol ? Probablement une vigilance accrue et une collaboration encore plus étroite avec d’autres entités mondiales.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *